Informatique : les bases

Ce tutoriel est fait pour expliquer les basiques d’une infrastructure informatique pour aller jusqu’à la virtualisation voir peut-être plus.
On va commencer en expliquant ce qu’est un ordinateur, la différence entre pc perso et pro.

1 – Le PC

PC Perso :

Unité centrale

 
PC Portable ou ultra-portable

 
Mini PC

 
Nano PC

PC Pro :

Unité centrale
PC Portable ou ultra-portable
Mini PC
Nano PC
Serveurs en tour ou en RAC

 
Spécifiques (caisses enregistreuses, bornes multimédia, ordinateurs embarqués). Ceux-ci sont parfois adaptés d’une des catégories précédentes.
 
La principale différence entre PC perso et PC pro est souvent un niveau d’options ou de sécurité différent. Cela va d’une simple possibilité d’utiliser une station d’accueil à des composants hautement plus performants en passant par de la lecture d’empreintes digitales (désormais parfois accessibles sur les gammes grand publique).
Ils fonctionnent tous de la même façon :
Pour démarrer ils ont besoin d’un « programme » interne invisible pour l’utilisateurs lambda : Le BIOS.

LE BIOS :

Le BIOS Permet à l’ordinateur de connaitre ses composants, de modifier leurs paramètres, et de dire sur quel disque dur l’ordinateur doit chercher l’information pour démarrer. Son travail s’arrête là. Si on allume un ordinateur qui ne contient QUE le bios un message va apparaitre indiquant qu’il n’y a pas de système d’exploitation.

2- Le système d’exploitation

Kesako.
C’est le programme qui va permettre d’exploiter son pc. C’est la première chose que vous verrez à votre écran et qui vous permettra d’interagir avec votre PC.

Les systèmes d’exploitation les plus courants sur les ordinateurs personnels :

Windows : immense majorité, quasi-monopole. A la maison on est sur une version pour la maison (Windows 10 home par exemple)

 
MacOs : présent uniquement sur les ordinateurs de marque Apple

 
Linux : nous y reviendrons plus tard, mais notez qu’il n’y a pas un linux universel mais une multitude de versions de linux différentes

Les systèmes d’exploitation les plus courants sur les ordinateurs d’entreprise

Windows : immense majorité pour les PC utilisateurs. Au travail on est sur une version pour les Pro (Windows 10 Pro par exemple). Utilisé aussi sur les serveurs avec une version windows Server
MacOs : présent uniquement sur les ordinateurs de marque Apple. Historiquement essentiellement utilisé dans le monde de la communication.
Linux ou BSD : principalement utilisé sur les serveurs. Des versions utilisateurs sont parfois utilisées en entreprise ou administrations (gendarmerie nationale par exemple).
Les hyperviseurs : nous y reviendrons plus tard. Si vous cherchez Vmware, Proxmox ou encore Xenserver sous google, vous comprendrez pourquoi.

 
Que ce soit au niveau personnel ou professionnel, le système d’exploitation va donc permettre à l’utilisateur lambda de lancer ses logiciels favoris. A noter qu’un logiciel est fait pour un système d’exploitation spécifique. On n’installera pas Word sur linux par exemple. Par contre, il existe des logiciels qui ont des versions faites pour plusieurs systèmes d’exploitation. On trouvera par exemple OpenOffice pour Windows ou OpenOffice pour linux.
Quand on achète un ordinateur, on prend souvent un pack comprenant l’unité centrale, le clavier, la souris et l’écran. Pour les logiciels, les éditeurs proposent aussi parfois des packs. C’est le cas pour Word, Excel, PowerPoint regroupés dans le pack office. Un autre pack connu des personnes faisant de la communication : le pack Adobe Créative Suite.

3 – Passons aux serveurs :

On va placer les serveurs en 2 catégories : physiques ou virtuels.

Les serveurs physiques :

Un serveur physique est un serveur physique. Explication claire ?  C’est un ordinateur comme les autres ou presque. Ses composants sont optimisés pour sa fonction de serveur. Nul besoin de pouvoir afficher des films en 4K ou de pouvoir jouer. Son besoin est d’être accessible par une multitude d’utilisateurs en même temps pour des taches bien précises. Parfois ce sera même une seule tache.
Ses spécificités :
Puissant : le matériel est spécifique aux serveurs. Ce n’est pas 1 seule personne qui va l’utiliser mais parfois plusieurs centaines voire millier en même temps.
Fiable : encore une fois ses composants sont onéreux car spécifiques pour répondre au mieux aux besoins des entreprises.
Redondance : certains composants sont parfois présents en double voir plus. En cas de panne le serveur préviens l’administrateur de la panne mais continue à fonctionner grâce à cette redondance (c’est le cas des alimentations par exemple).
Format : s’il existe des serveurs sous forme de tour, ils sont généralement dans un format « rackable » c’est-à-dire qu’ils peuvent se mettre dans des armoires spécifiques pour être empilés. Ces armoires comportent des emplacements que l’on nomme U. suivant le serveur, il pourra prendre 1U, 2U ou 3U
Cette liste de spécificité n’est pas exhaustive mais il ne faut pas oublier l’essentiel : ça reste un ordinateur. Rien n’empêcherait d’acheter un serveur pour jouer au démineur (ça fait cher le démineur quand même).

Les serveurs virtuels :

Les serveurs virtuels (ou VM pour Virtual Machine) sont des serveurs mais … Virtuels. Encore une explication claire ?  Concrètement, sur un serveur physique, on va installer plusieurs systèmes d’exploitation qui fonctionneront tous comme s’ils étaient sur un serveur physique différent. Les ressources d’un serveur physique sont « découpées » pour être attribuées à chaque serveur virtuel. En informatique on dit qu’il est un hôte.
Comment l’ordinateur faut-il pour se débrouiller avec plusieurs systèmes d’exploitation et comment on fait pour en installer plusieurs en même temps ?
C’est le rôle de l’hyperviseur.

L’hyperviseur :

L’hyperviseur c’est un peu un « super système d’exploitation ».  Sur le serveur physique on va installer un hyperviseur et sur l’hyperviseur on va installer les serveurs virtuels. Il en existe plusieurs qui se font concurrence (Vmware, Proxmox etc…).
To be continued …

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *